Partager

Comité Technique

Pour plus d'informations relatives au Comité Technique, contactez Yves Maugain

Organisation 

Les Comités d'Etudes (CE) et le Comité Technique (CT) sont les principaux acteurs des activités techniques.

Les 16 Comités d'Etudes sont des structures pérennes au sein du CIGRE et ils couvrent chacun un domaine spécifique de l'industrie électrique. Les CE sont régis par des règles de fonctionnement précises (composition, Termes de Référence, nature des travaux publiés...) et ont deux responsabilités principales:

  • ils conduisent des études sur des sujets d'actualité de leur domaine. Les résultats sont publiés et mis à disposition des membres du CIGRE, et des non membres,
  • ils jouent un rôle actif dans les manifestations techniques du CIGRE, Sessions et Symposiums : choix des sujets, sélection des rapports, conduite des réunions. Ils organisent également leurs événements propres : Colloques, Tutoriels, Ateliers...

Les activités des CE sont coordonnées par le CT, sous la direction du Président du CT qui représente le Conseil d'Administration du CIGRE. Le CT coordonne les orientations de leur travaux, valide leurs programmes et en supervise l'exécution.

Les Comités d'Etudes peuvent se comparer à des conseils d'administration, composés des représentants des Comités Nationaux: Ils sélectionnent les études à lancer, en spécifient le contenu et  les objectifs (Termes de Référence), supervisent leur avancement et valident les publications.
Pour  conduire ses activités un CE s'appuie sur des Groupes Conseils (GC) et des Groupes de Travail (GT):

  • Les Groupes Conseils  assistent le Président du CE dans le choix des sujets à traiter,
  • Les Groupes de Travail  sont en charge des études, selon les Termes de Référence, qui doivent être approuvés par le Président du CT. Actuellement, quelque 250 groupes de travail sont actifs au CIGRE, rassemblant au total environ 3200 experts internationaux.

4 grands axes :

Préparer les réseaux du futur :

Ces réseaux devront être capable de transporter des grandes quantités d’électricité sur des grandes distances depuis des sources « sans carbone » lointaines; ils interconnecteront solidement les sources de production, pour compenser leur variabilité géographique et temporelle, et dialogueront avec les “microgrids” / “réseaux locaux d’énergie” qui intègrent des charges intelligentes, des productions décentralisées, des moyens de stockage. Ce réseau futur mettra en oeuvre de nouvelles techniques : UHT, CC et Electronique de Puissance et intégrera plus d’intelligence.

Utiliser au mieux les infrastructures et les réseaux existants :

Exploiter complètement la capacité du réseau, plus près de ses limites; utiliser toute la vie utile des ouvrages bien connaître leur état, les entretenir, les réhabiliter, étendre leur vie utile, les remplacer.

Préserver l’environnement :

matériaux favorables à l’environnement, technologies plus discrètes (câbles); réduire les pertes; limiter l’empreinte « carbone » de l’électricité…

Faciliter l’accès à l’information :

Expertise technique, coopération des experts à l’échelle de la planète et accès à l’information sont clés pour le succès de cette évolution.